Cahier des Charges

relations

  • Il faut soigner la communication
  • Le BE doit faire une demande claire :

–avec les objectifs définis (la problématique)
–avec le modèle mécanique complet

Remarque:Le modèle numérique est à la charge du service des calculs

Modèle mécanique : Protocole de création du modèle :

  • Géométrie : ( compatible logiciel 2D ? )
  • Lois des matériaux ( E , ν, Re …)
  • Chargements : ( Compatible 2D ?, Force , Couple )
  • CL : Conditions limites (Liaisons avec les autres pièces)

J’ai changé la matière sur le logiciel et pourtant la contrainte ne change pas!?

C’est normal!

Si vous examinez attentivement les formules qui donnent la contrainte en traction, cisaillement, flexion, torsion, vous verrez que les caracteristiques du matériaux n’interviennent pas (E, Re, coefficient de poisson…).

Par contre :
– dans la condition de résistance : Re est modifiée,
– la déformée de la pièce est modifiée (elle dépend de E).

Limites de ce site

Ce site met l’accent sur l’utilisation des logiciels de MEF en mécanique linéaire. Il devrait être utile :

  • aux étudiants de BTS CPI, DUT GMP
  • aux licences professionnelles dans le domaine du bureau d’étude
  • ainsi qu’aux professionnels qui pratiquent occasionnellement les logiciels de MEF

Tous les logiciels de CAO intègrent un module MEF. Et il est très simple d’obtenir des résultats. Mais ces résultats dépendent complétement du modèle de départ. Votre modèle est-il cohérent par rapport à la réalité?

De nombreux exemples sont disponibles sur ce site et vous permettront de résoudre votre propre problème.

Les études disponibles sont dans le domaine élastique. Pas de crash test, pas de déformation permanente.

Bonne lecture et n’hésitez pas : laissez un commentaire. Merci

CQPM et licence CICP

Certificat de Qualification Paritaire de la Métallurgie. Les CQPM constituent une reconnaissance du professionnalisme permettant de valider les capacités professionnelles des personnes, en vue de leur recrutement, de leur adaptation au poste de travail, ou de leur évolution professionnelle et du développement de leurs compétences. Les CQPM valident les qualifications professionnelles de ces personnes, à l’issue de parcours de formation ou de validation des acquis de l’expérience (VAE).

Site officiel des CQPM

Site officiel IUT GMP Licence professionnelle CICP

Programme de la licence CICP

Application numérique

Une expression littérale est une expression numérique contenant une ou plusieurs lettres, jouant le rôle de nombres (inconnus ou variables qui peuvent prendre n’importe quelle valeur).

On ne peut donc pas calculer une expression littérale, c’est-à-dire connaitre sa valeur, puisqu’elle dépend des valeurs que l’on donne aux lettres, on peut simplement la transformer. (Réduire, développer, factoriser…)

Ce sont ces transformations que l’on appelle le “calcul littéral”.

Une fois ce résultat littéral encadré, on peut faire ensuite une application numérique (AN), en remplaçant les variables par un nombre. Il peut être judicieux d’utiliser un tableur lorsque il faut traiter un grand nombre de cas identiques. Exemple : calcul de clavettes…

Résolution littérale

Une expression littérale est une expression numérique contenant une ou plusieurs lettres, jouant le rôle de nombres (inconnus ou variables qui peuvent prendre n’importe quelle valeur).

On ne peut donc pas calculer une expression littérale, c’est-à-dire connaitre sa valeur, puisqu’elle dépend des valeurs que l’on donne aux lettres, on peut simplement la transformer. (Réduire, développer, factoriser…)

Ce sont ces transformations que l’on appelle le “calcul littéral ou résolution littérale“. Il faut des prérequis mathématiques du style :

a/b = c/d        si je cherche d …     alors…      d = cb/a

Une fois ce résultat littéral encadré, on peut faire une application numérique (AN), en remplaçant les variables par un nombre.

Problématique

Le compte-rendu d’une étude de DDS doit être organisé et rigoureux. C’est un livrable qui va servir de référence pour la suite du projet. Il doit être complet avec :

  • les données du problème (plan, cdcf, maquette numérique…)
  • la problématique choisie en accord avec le demandeur,
  • le ou les modèles choisis et argumentés,
  • les résultats bruts,
  • l’interprétation des résultats avec la réponse à la problématique.

Pour aller plus loin :
Si je n’ai pas les résultats escomptés, je propose des pistes de réflexions,…Par exemple un nouveau modèle, une nouvelle matière, une nouvelle géométrie …Et si j’ai le temps, je teste mes propositions. C’est tellement agréable de rendre un travail de qualité…

Exemple de problématique : Voir les comptes-rendus dans la rubrique MEF3D.
C’est l’objectif de l’étude :

  • Déterminer une contrainte max : Pour vérifier la condition de résistance
  • Déterminer une déformation : Pour vérifier la condition de rigidité
  • Déterminer une action de liaison : Pour déterminer une inconnue hyperstatique
  • Choisir un matériau : Pour un gain de masse ou de prix au kg
  • Choisir une géométrie : Pour éviter une concentration de contraintes

Pourquoi les contraintes ne sont pas considérées comme une pression : c’est la même unité !?

La pression est uniquement perpendiculaire au plan tangent de contact.

Alors que les contraintes ont deux composantes :

  • la contrainte normale qui peut être une pression de hertz dans le cas d’un contact avec une autre pièce.
  • la contrainte tangentielle qui elle est dans le plan tangent..

Du coup le vecteur qui représente la contrainte peut être incliné par rapport à la normale de contact. Ce qui n’est pas le cas pour une pression hydrostatique.